Les 7 parfums décryptés par Christian MARCEL* 

 

La grille de lecture des images est celle de la répartition de la cristallisation en trois zones :

1) Le centre vacuolaire où se reflètent les phénomènes apparentés au processus Soufre.

Processus SOUFRE (Sulfuration) : Est SOUFRE tout phénomène de combustion, de destruction de la matière par la chaleur.

2) Le champ médian où se reflètent les phénomènes apparentés au processus Mercure.

Processus MERCURE (Dissolution) : Est MERCURE toute substance capable d’en dissoudre une autre.

3) La zone périphérique où se reflètent les phénomènes apparentés au processus Sel.

Processus SEL (Salification): Est SEL tout ce qui se sépare d’une solution pour se déposer en particules, tout ce qui précipite, qui cristallise.

 

L’attribution des différentes zones de l’image aux différents processus se base sur les fondamentaux de la cristallisation et de la précipitation (en gras) les mots clefs qui leurs sont associés sont utilisés pour « décoder » les images :

1) : Germe de la cristallisation / Nucléation / Vacuoles centrales / Formes sphériques / Dilatation / Soufre / Fleur, fruit / Chaleur / Macromolécules, molécules aromatiques, protéines… Système de la reproduction. Le Vouloir.

2) : Croissance cristalline et vitesse de cristallisation / Division du réseau cristallin /
Champ médian / Forme triangulaire (angle d’insertion des aiguilles secondaires sur les courants principaux) / Extension – contraction / Mercure / Eau, Air-lumière / Feuille / chimisme / substances solubles ou partiellement solubles… Organe :poumons. Système des échanges : circulation, respiration. Le Sentir.

3) : Relâchement de la tension de croissance du réseau cristallin, ralentissement de la vitesse de cristallisation / zone périphérique / Forme limitante, arrêt de la croissance cristalline / Fixation / Sel / Terre / Racine / Substances minérales, substances insolubles ou en suspension colloïdale. Système tête. Le Penser.

 

Description et commentaires des images des échantillons des sept parfums

 

11:11 : 
La structure et l’unité de l’image sont maintenues par la force et la tension de croissance des courants de cristallisation qui prennent naissance au centre du germe de la cristallisation qui a la forme d’une croix de Malte (symbole de la foi et de l’engagement). Dans le champ médian de l’image, ce parfum organise une cristallisation hétérogène. À gauche les courants sont compacts et serrés, à droite ils sont irréguliers beaucoup plus lâches, avec des terminaisons effilochées. Insérées sur les courants principaux il apparait également à droite des aiguilles secondaires anarchiques. Ce schéma évoquent le dualisme, l’hésitation, le doute. Le germe de la cristallisation (le Vouloir) prend naissance dans la zone périphérique, siège de la précipitation des substances, de la fixation des formes, aussi apparenté au système tête, au Penser. Dans cette image de cristallisation la volonté de se connaitre nait de la pensée et le Sentir y instille le doute.

Maison Dieu :
Au germe de la cristallisation les formes vacuolaires ne parviennent pas à constituer une croix de Malte – presque parfaite – comme sur l’image de « 11:11 ». Elles engendrent néanmoins une forte tension de croissance en déployant un tissu cristallin très ramifié, constitué d’aiguilles longues et régulières. Cet aspect de la texture suggère l’enthousiasme et la beauté. Dans le champ médian la tension de croissance s’arrête brutalement, le réseau s’effondre partiellement, les cristaux prennent un aspect pulvérulent, ils volent en éclat. Il y a dissolution de la forme (perte et dispersion du Sentir). Dans la zone périphérique les cristaux s’agglutinent se figent comme du givre, ils évoquent la conservation de la forme, les forces de durcissement, de minéralisation, c’est par analogie l’image de la rigidité et de la fixation du Penser.

Mandorle :
Les vacuoles amples et asymétriques sont très bien centrées. Autour du germe de la cristallisation le tissus cristallin est homogène et contracté. Le relâchement de son extension délimite le champ médian puis une partie des cristaux s’épaississent dans la zone périphérique mais l’ensemble des courants de cristallisation conservent une bonne tension de croissance et se déploient avec régularité jusqu’à la périphérie. Le parfum a façonné une image où les processus Sel, Mercure et Sulfur sont en équilibre. L’image évoque, la stabilité, la durée, la confiance.

Insolente :
Dans cette image les forces de dilatations prédominent, les processus chaleur, air-lumière se reflètent dans toutes les caractéristiques de la cristallisation : Le centre, germe de la cristallisation est constitué de vacuoles particulièrement amples, rondes, spiralées et profondes. Le tissus cristallin dans le champ médian est ramifié avec du relief, il n’y a pas de relâchement de la tension de croissance des courants de cristallisation qui permettent de définir une zone périphérique. La zone périphérique reflet du système tête, du Penser n’a pas de place dans cette image de cristallisation. Le Vouloir ( vacuoles centrales / processus caloriques) et le Sentir (champs médian / processus Mercure) façonne entièrement l’espace et les formes de l’image.

Iosis :
Cette image réunie des caractéristiques des images obtenues avec les parfums Maison Dieu et 11:11. Le germe de la cristallisation en croix de Malte est très bien centré, il permet de maintenir un équilibre, quand la texture de la cristallisation manifeste dans le champ médian une tendance au déséquilibre. La tension de croissance est conservée jusque dans la zone périphérique où les courants de cristallisation montrent, sur une zone restreinte (en bas à gauche et à droite), une tendance à la dislocation avec un petit îlot où les cristaux prennent un aspect pulvérulent. Dans cette image « le Vouloir » maitrise « le Sentir » et « le Penser » sans que ces facultés
ne soient pour autant réprimées.

Jeu :
Le centre est constitué par deux vacuoles horizontales, plus ou moins aplaties, en forme d’amande. Le germe de la cristallisation est bien l’expression d’un processus calorique mais le développement vacuolaire reste contracté, les forces de dilatation sont retenues. Les courants de cristallisation se déploient d’une manière rayonnante autour du centre. Ils sont parallèles et serrés, rectilignes, pratiquement sans ramification secondaire. La rectitude des courants de cristallisation dans le champ médian est l’expression des forces générées par les processus lumineux, par la lumière. Le Sentir est l’architecte de cette image, Jeu est donc dans cette image un sentiment plus qu’une volonté.
La délimitation entre le champ médian et la zone périphérique est nette, le relâchement de la tension de croissance des courants de cristallisation montre qu’au delà du Sentir, la raison, le Penser n’est pas dissocié du sentiment. L’image de ce parfum suggère un sentiment de liberté non pas effréné mais éclairé par la raison.

Pan :
Depuis le germe caché de la cristallisation les courants de cristallisation se déploient comme un large éventail. Le champ médian prend tout l’espace de l’image, il n’y a de place que pour le processus Mercure, que pour le sentiment.
Les cristaux de la zone périphérique recouvrent le germe de la cristallisation : le Penser et le Vouloir se confondent. Ce parfum a créé une image de cristallisation où la raison et la volonté s’unissent pour laisser apparaitre une forme cristalline qui mime la queue d’un paon faisant la roue. L’image suggère la séduction, la plénitude.

* en savoir plus sur Christian Marcel